LES AMIS DE YOROLA

 
 
 
 
 
 
 

Voyage à Yorola

NOTRE 4 éme VOYAGE AU MALI (Suite du récit de voyage)

Vendredi 19 janvier2007

Nous partons pour SIKASSO 460 km nous arrêtons pour acheter des timbres 385 CFA , ça y est les cartes sont parties pour la France , nous arriverons bien avant. En route, passage de la gendarmerie, arrêt il verbalise 2000 CFA, parce que la vignette n'est pas bien lisible, le pare brise a été changé et la vignette recollée, c'est la 3 ème fois que la police nous prend des petits plus tous les moyens sont bons !

Sur la route nous voyons un beau tracteur et le chauffeur a sur la tête un très beau casque de moto et de chaque côté 2 femmes voilées, c'est vraiment drôle, nous croisons un camions avec des centaines de poulets accrochés autour du camion, une énorme charrette de foin avec un homme perché au dessus. Le paysage est magnifique c'est un paysage de savane, nous arrivons dans le cercle de SAN tout le long de la route il y a des arbres de beurre de karité, nous prenons du gazol il faut pomper à la main, le long de la route je vois des présentoir avec des bouteilles, c'est de l'essence qui se vend au litre.

Nous arrêtons à KOUTALIA, mangeons à la poule verte, poulet, riz et sauce,  petit hôtel qui serait bien si il était entretenu nous repartons.

Nous voyons un marché, nous y allons, il y a des marchands qui chargent leur camion, Marc les aident, il est toujours là pour donner un coup de mains, il y a des gros ballots de vêtements, Django me dit que ce sont les européens qui envoient ces vêtements pour les vendre sur les marchés,  j'achète de l'épicerie pour Django, il repartira avec son petit carton ce cadeau lui fait un grand plaisir.

Nous arrivons à SIKASSO à l'hôtel Wassoulou ce sont des petits bangalows, la serveuse n'est vraiment pas aimable, heureusement les serveurs y sont, c'est un français qui tient cet hôtel il est au Mali depuis 45 ans. Il nous propose son serveur pour nous guider aux grottes et à la cascade.

Django se sent bien avec nous nous lui donnons des peluches des habits pour ses enfants et des médicaments, et il nous dit je serai très fier de rapporter tout ça à ma famille cela renforce ma qualité de chef de famille je ne trouve pas les mots pour vous remercier. On apprend tellement de choses avec tout ce monde différent, dans toutes les ethnies, les cultures sont différentes, c'est le charme des voyages en les faisant ainsi.

.

Samedi 20 janvier2007

  SIKASSO-BOUGOUNI 210 km avant d'entreprendre ce trajet nous visitons les grottes de MISINKORO, d'un côté la mosquée, de l'autre côté le coin des animistes, les grottes sont envahies de chauves souris il y a 3 hommes qui vivent dans cet endroit à l'abri du vent ils vivent comme des ermites, nous escaladons ces rochers, pas facile, mais j'y arrive, Christophe ne se sent pas très bien

Aie !aie pourvu qu'il ne lui arrive rien, il y a déjà pas mal de complications. Et il faut être au rendez-vous à YOROLA. Nous partons visiter la cascade de FARAKO c'est vraiment très beau, le bruit de l'eau nous repose, c'est incroyable des chutes d'eau si forte dans un pays ou l'eau manque, un petit couple d'amoureux profite de ce bel endroit. Plus loin nous nous arrêtons aux cultures de thé

c'est splendide, 10 ha de grands champs verts, des manguiers sont plantés ici et là, imaginez ces beaux paysages vous aurez envie d'y aller !!!! c'est vrai. C'est samedi l'usine est fermé, dommage une autre fois!Nous reconduisons notre guide à l'hôtel Wassoulou en le remerciant chaleureusement.

Nous avons des nouvelles de Fagaye il est à MOPTI, la voiture semble réparée, mais un autre problème il n'y a plus de lumière les phares ne fonctionnent plus, Fagaye ne pourra pas venir avec nous à YOROLA et nous regrettons beaucoup, il a vécu avec nous tout ce que nous avons réalisé et il nous en est très reconnaissant, pour nous tous c'était une joie de retourner vivre ces émotions, ici il faut vivre au moment présent c'est comme ça !mais nous en sommes tristes.

Notre route continue vers BOUGOUNI nous arrêtons sur une place , assis sur des bancs nous mangeons avec les Maliens, comme eux, du riz et du bœuf en sauce c'est très bon le repas 450 CFA Soit 4fr5O  0.68 E

En route pour la mission de BOUGOUNI, notre Django ne connaît pas la région , nous arrivons d'abord chez le Père Emile prêtre de la paroisse et David un séminariste nous les invitons à manger avec nous ce soir. Nous arrivons chez les sœurs de la mission la Providence , nos bonnes chères sœurs nous accueillent Marie-Rose, Marie-Odile toutes les deux alsaciennes et Lydie arrivée depuis peu elle est de Madagascar, nous sommes tous heureux de nous retrouver elles mettent à notre disposition des chambres et nous y sommes très bien, l'an dernier nous avions trouvé cette solution car il n'y a pas d'hôtel à BOUGOUNI, Isabelle qui était venue avec nous à YOROLA, n'est plus là elle est dans une autre mission, nous regrettons un peu nous avions passé un bon moment avec elle. Le camion avec tout le matériel destiné à YOROLA est déjà là Sidibé, son patron assure le transport jusqu'au village et deux garçons sont là. Casimir arrivera en bus vers minuit et ils partiront tous pour le rendez-vous tant attendu à 4 H le matin, nous nous retrouverons au village de SIEKOLORE pour la grande arrivée.  

Nous parlons beaucoup avec les sœurs, le soutien qu'elles apportent à la région est important elles donnent  aux femmes une aide précieuse,elles font de la formation de  l'enseignement, Sœur Marie-Rose nous dit qu'elle fait de l'alphabétisation aux prisonniers nous la questionnons sur cette prison et nous dit que si nous le voulons nous pourrons rendre visite aux prisonniers, les visites leur apportent un soutien moral et nous acceptons, Marie-Rose me prête un livre dans lequel il y a beaucoup de documentations et commentaires sur la prison……… je regarde, je lis, je me pose des questions et je pense…….  sans avoir vu la réalité. Je suis tourmentée de m'y rendre lundi.

Il est 18h c'est l'heure des vêpres nous accompagnons les sœurs à l'office dans leur petite chapelle, nous demandons des grâces au Seigneur pour nous aider dans nos projets, la force et la santé pour continuer notre

Mission, apporter un peu de lueur et de l'espoir à ceux qui nous croisent, notre vie ne sera pas assez longue pour partager la joie et le bonheur mais le peu que nous ferons certain en profiteront!

Ici au Mali on ne vit plus comme chez nous on a envie de tout partager, les yeux s'éclairent, les sourires transforment leur visage, la main sur le cœur ils nous disent merci, mais c'est un merci sincère, un merci qui résonnent dans notre cœur et nos oreilles, chaque fois que donnons des habits les visages sont éclairés, un repas, le plaisir est si grand, un pourboire à un garçon qui nous rend un service il s'en souvient jusqu'à notre prochain voyage. Le désir et le souhait de continuer murmurent dans nos oreilles nous gagnerons les grâces pour continuer. Seigneur merci de nous aider.

Nous invitons tous nos amis dans un petit restaurant, c'est très sympa, nous mangeons du poulet avec du riz et des bananes frites nous sommes très heureux de nous retrouver; il est 10h nous allons nous coucher.

Dimanche 21 Janvier 2007 YOROLA

C'est le grand jour, les Sœurs nous on préparé le petit-déjeuner, il est complet rien ne manque, Django notre chauffeur est heureux avec nous il partage notre joie et nous sommes heureux de lui donner du bonheur, c'est un homme intelligent qui comprend bien les choses. Il est l'heure de partir, 8h, nous faisons les au revoir et passerons demain après-midi, Marie-Rose ira à Bamako avec nous elle profitera de la voiture.

En route, cette fois notre voiture roule nous avons un bon chauffeur, la route est bonne jusqu'à YANFOLILA

Après c'est la piste, nous arrivons à SIEKOROLE le camion est là avec nos amis, nous  saluons tout le monde nous prenons des photos et nous continuons encore 10 km et là les chasseurs nous accueillent, une jeune fille apporte à Marc une calebasse avec de la cola, et moi je reçois des oranges c'est un signe de reconnaissance, des coups de fusil se font entendre, on aperçoit le dispensaire fraîchement repeint en jaune paille avec une croix rouge.

Alors là c'est la présentation des officiels tout une délégation le sous Préfet, l'ancien Préfet de la région, le Député, le Chef de l'agriculture, le Maire, son Adjoint, le représentant des 6 villages, l'ancien combattant,

Le Grillot (le médiateur) le Directeur de l'école, le Directeur des 6 villages, les footballeurs (l'équipe Marie-Joe), les chasseurs, les musiciens et toutes les écoles. C'est émouvant 2 petits français qui déplacent autant de monde c'est pour dire qu'ils sont reconnaissants, des acclamations en criant nos deux prénoms, les enfants dansent, chantent, les femmes ne cessent de danser, les footballeurs viennent nous saluer, la musique joue, le tam-tam  résonne c'est un accueil extraordinaire et merveilleux, nous sommes émus jusqu'aux larmes.     

Les enfants agitent les drapeaux français et maliens en acclamant nos prénoms nous les rendons fous de joie

Nous ne pensions pas que nous allions provoquer un tel emballement la joie est dans tous les yeux, ils ont les yeux fixés sur nous, nous en sommes presque gênés, mais nous sommes tellement heureux de leur donner autant de bonheur. Maintenant nous passons à la distribution des fournitures d'école, tous les enfants sont appelés  par leur nom  200 élèves ils repartent chacun avec un sac, cahier, stylo, gomme, crayon de papier, des craies, des crayons de couleur pour les écoles, enfin c'est le bonheur.

Nous allons jusqu'au forage, un plaque de reconnaissance a été posée « Forage financé par la famille PETITGENET don de Marc et Marie Joe avec la participation de Jacques et Martine, une plaque est gravée au sol 4/ 12/2004 date de la décision du forage. Christophe qui nous accompagne nous dit c'est là que je me rends compte de ce que vous avez fait, félicitations. Oui, maintenant tous ces habitants ont de L 'EAU POTABLE , les enfants mourraient de dysenterie

Nous sommes à prendre un repas avec toutes les autorités et les organisateurs, Madina la femme de Sidibé nous a cuisiné du mouton et du riz au gras c'est délicieux et des bananes, nous avons des boissons fraîches que Sidibé a apportées de Bamako, il a pensé à tout, c'est un bon organisateur, bravo Sidibé !Assisté également de son frère Amidou.

Le repas terminé, nous distribution aux femmes des was ce sont des pièces de beau tissu pour faire leurs  jolies tenues, les femmes sont radieuses, elles chantent, elles dansent, tout cela pour les remercier de tout le travail que cette fête leur  à donné, Sidibé a eu cette belle idée.

Nous continuons, maintenant c'est au tour du dispensaire, 7 km , le camion est déjà parti mettre le matériel en place, des lits et matelas,des chaises, des bancs,des armoires chevet,brancard, potences,  paravents, table bureau, table de consultation, pèse personne,pèse bébé, table d'accouchement, pose pieds , tensiomètre, stéthoscope plus un  obstétrical, boite d'accouchement, boite de petite  chirurgie, bassin lit, boites de gants coton hydrophile, spéculum, et 25 l d'alcool  lorsque nous arrivons une foule de personnes nous attend toujours avec la délégation, acclamations, danses, chants, discours de remerciements et de reconnaissance c'est la joie, si vous lisez ce texte vous trouverez sur internet dans google en tapant YOROLA les photos du précédent dispensaire, il avait besoin d'être aménagé, nous avons repeint l'intérieur couleur bleu et l'extérieur jaune paille avec une croix rouge. La Matrone est heureuse, cette femme a le rôle d'infirmière et de sage femme, elle n'avait pratiquement rien pour soigner, une chaise bancale que j'ai vu , une femme très dévouée pour ces villages, elle nous dit :… ..c'est trop beau !............. sans orgueil, nous sommes fiers de faire ce que nous faisons en voyant leur joie, leur bonheur, nous sommes mille fois remercié, cela fait partie du bonheur de la vie………….

Christophe décide de repartir à Bamako avec le camion il ne se sent pas très bien, oh !c'est sûrement l'émotion !...., dommage, nous passons une très belle et très bonne soirée  dans le village au milieu de tous, je prends des photos avec les femmes et les enfants et je donne les photos sur place ce sont des éclats de rire qui n'en finissent pas, Madina nous a préparé de la carpe en sauce, des petits poissons frits et des bananes frites c'est très bon. Devinez quelle surprise nous attend ? Sidibé a construit une douche avec eau chaude, comment ?......... il a surélevé un bidon rempli d'eau chaude et il a installé un tuyau avec une paume de douche et entouré d'un mûr, c'est incroyable !!!!!!!! Tout cela pour nous, nous laver avec une bassine d'eau ne nous aurait pas dérangé,  Madina nous avait aussi apporté une serviette de toilette, cette femme est parfaite c'est une vraie malienne, une peuhle ?......... il faut demander à Sidibé.

La fête continue, une grande partie du village est réunie autour d'un feu de paille les femmes dansent, chantent toujours en notre honneur nous dansons avec eux, des enfants se sont endormis dans le tas de paille, la nuit de vient calme sous un ciel couvert d'étoiles, ce petit village aux toits pointus, c'est presque magique et j'en rêve encore   et tout ce monde s'endormira avec un beau rêve, et demain la réalité sera toujours là, mais nous repartirons en pensant toujours à YOROLA ………………. Et maintenant nous nous  appelons  Yoro et Sira ce sont nos deux prénoms maliens, le sous-Préfet veut nous donner la nationalité malienne nous en sommes tout émus que d'honneur pour deux petits français……… au grand cœur diront-ils !

Lundi 22 Janvier 2007

Le jour est venu, nous avons fait une bonne nuit, il y avait aussi une moustiquaire. Les femmes tapent déjà le  mil pour le déjeuner. Madina nous a préparé du café, du pain du beurre, de l'omelette, de la confiture, de la vache qui rit, quand je dis que c'est une femme parfaite et bien c'est vrai !.....

Nous allons jusqu'au fleuve chez les bozos, c'est la frontière de la Guinée là encore le tam- tam résonne, les enfants chantent je danse la capucine avec les petits et c'est des éclats de rire. Nous repartons, au revoir ! ……..à l'année prochaine.

Maintenant nous allons jusqu'aux champs de Sidibé le fleuve passe un peu plus loin, il fait de la culture, du coton, des fruits, nous avons trouvé des citrons aussi gros que des pamplemousses, mais il faut irriguer la terre pour que ça pousse , la terre est très dure.

Cette fois nous allons faire nos adieux et c'est difficile de se quitter, encore des dernières photos que je laisse sur place des bras s'agitent, des embrassades et voilà la voiture fait quelques manœuvres et nous partons, des grands signes encore et encore une dernière fois les écoliers nous font des signes d'adieux et YOROLA disparaît, un nuage de poussière derrière nous, nous apercevons le dispensaire sur le côté gauche et voilà notre belle histoire de YOROLA, plus tard quand nos petits enfants liront et comprendront notre histoire, ils penseront que papy Yoro et mami Sira étaient leurs grands- parents peut-être sauront-ils nous imiter ………….

Le jour  du départ arrive, nous faisons un arrêt à Bougouni à la mission ,sœur Marie-Rose vient à Bamako avec nous elle profite de la voiture, le trajet est long en bus, une fatigue en moins. Nous faisons nos adieux  à la mission en espérant venir l'an prochain, notre plaisir est grand de passer à Bougouni.

Sœur Marie-Odile nous souhaite un bon voyage ainsi que sœur Lydie, notre voiture roule jusqu'à Bamako sur une route pleine de trous pendant 70 km . Nous déposons Marie-Rose dans une mission et nous nous quittons

L'amitié est forte entre nous mais tout à une fin, nous partons avec des souvenirs plein le cœur, des pensées plein l'esprit, nos oreilles résonnent  de tout ce que nous avons entendu, et tout ça jusqu'à l'an prochain………. 

Nous arrivons à l'hôtel Plaza , je prendrai le temps de faire mon journal pour écrire ce récit et nous irons à

La Cathédrale voir Casimir, nous échangerons nos photos, quel beau souvenir, Sylvestre va compléter le site  

Internet et nous souhaitons que notre association apporte des fruits au Mali ………….

Cette démarche n'a pas été simple car nous avons rencontré il y a deux ans des soucis de santé par négligence mais le Seigneur a voulu que nous continuions notre projet et tout continuera. La vie en Afrique n'est pas facile mais si chacun apportait un petit peu nous pourrions faire un gros plus.

Ce récit est une réflexion, l'amour se partage nous avons tous une partie de la terre  certain trouve une très dure et d'autre plus tendre, pourquoi pas mélanger les terres ?................

C'cette petite histoire s'arrête mais sûrement pas pour toujours.  Au revoir, à bientôt.

 

Merci à NOS SŒURS de la Providence, CASIMIR, SYLVESTRE, SIDIBE, FAGAHE et DJANGO et à nos ENFANTS

<--- Récit du voyage passé